Rosita et Suzanne

Florestan et Suzanne

Rosita et Suzanne

Salut final

Un mari à la porte

opérette en un acte

Musique de Jacques OFFENBACH,
livret de Léon MORAND et Alfred DELACOUR

Représentée pour la première fois, à Paris,
au Théâtre des Bouffes Parisiens, le 22 juin 1859.

Résumé :

   Florestan, compositeur d'opérette fuyant un mari jaloux et un huissier féroce, tombe par la cheminée dans le boudoir de Suzanne. Il se cache dans une armoire pendant qu'apparaissent la jeune mariée et son ami Rosita. Suzanne vient de se disputer avec son tout nouveau mari et Rosita s'efforce de la raisonner avant de retourner danser.

    Suzanne découvre Florestan et le supplie de sortir par la fenêtre du jardin mais l'appartement est au troisième étage et la tentative échoue. Rosita et Florestan font assaut d'imagination pour trouver un moyen de faire sortir le jeune homme discrètement.

    La situation se complique car le jeune marié, Martel,  se présente à la porte et s'étonne de la trouver fermée. Entendant la voix de Florestan, il croit qu'il s'agit d'une manœuvre destinée à le rendre jaloux, cependant que Suzanne prend prétexte de la dispute pour le laisser à la porte.

    De son côté (de la porte), Martel fait croire qu'il s'est suicidé. Pendant qu'il descend chercher la clé tombée dans le jardin, Florestan se prépare tristement à sauter dans la rue , au risque de se tuer, quand une échelle de corde de peintre vient lui sauver la vie.

    Avant de s'éclipser, il demande la main de Rosita, qui après s'être un peu fait prier, accepte très étonnée quand même par une demande aussi soudaine!

Avec, par ordre d'entrée en scène :

Florestan : Gérard Lescure (ténor)
Suzanne : Delphine Renard (soprano)
Rosita : Sylvie Epifanie (soprano)
Martel : Eduardo Toledo (baryton)

Accompagnement au piano : Cécile Dubois / Marie-Catherine Leblanc

Pour en savoir plus sur cette œuvre, vous pouvez consulter la
fiche de l'A.N.A.O.